Les garçons et la danse contemporaine

IMG 0194 

 

 

Voici un vrai sujet important pour moi : l'enseignement de la danse contemporaine aux garçons. Parce qu'il n'y a presque aucun garçon dans les cours de danse amateur, mais surtout parce que je vois chaque année des petits garçons être empêchés de s'inscrire à un cours de danse en raison d'une certaine pression familiale et sociale, dite ou non dite d'ailleurs. Je vois aussi régulièrement des hommes, plus ou moins jeunes, venus s'inscrire - enfin ! après de nombreuses années à ne pas oser faire ce premier pas de danse ! Et lorsqu'un petit garçon se décide et que ses parents l'accompagnent pour la première fois dans un cours de danse, il arrive dans un studio rempli... de filles ! Pour certains c'est une satisfaction, mais pour la majorité c'est insurmontable.

 

 

IMG_0048.JPG

 

 

Alors écartons dès maintenant cette incroyable question du rapport entre la danse et l'homosexualité masculine ! Dans le monde entier on danse, les hommes encore plus que les femmes. Prenons les exemples les plus célèbres. Les derviches tourneurs et la danse du sabre en Turquie. Les danseurs de flamenco espagnols. Le haka néo-zélandais. Les guerriers masaï. Les rois européens dansaient et se montraient en spectacle, en des temps où les hommes eux aussi avaient droit à être souples et gracieux sans que cela nuise ni à leur pouvoir ni à leur virilité. On danse pour séduire, intimider, divertir... On danse aussi pour se libérer des contraintes de la journée, comme le faisaient encore nos grands-parents en rentrant des champs ou de l'atelier. Quel lien de cause à effet pourrait-il exister entre le cours de danse et les préférences sexuelles ? Aucun évidemment. Que signifie "efféminé", ce mot qui me parvient toujours et toujours aux oreilles alors que je trouve tant de danseurs beaux et athlétiques ? Quel lien existerait-il entre la virilité et les préférences sexuelles ? Les parents pensent-ils sérieusement que tous les homosexuels sont passés par les cours de danse et que leur fils le deviendra aussi s'il fait de la danse ? Pourquoi se crisper sur quelque chose qui n'existe pas et priver des petits garçons du plaisir d'aller en cours de danse si cela peut être pour eux épanouissant au même titre que d'autres enfants, garçons ou filles d'ailleurs, s'épanouiront dans un sport collectif, un sport de combat ou la musique ?

 

La danse, c'est pour les filles et pour les garçons. Soit. Sujet suivant. Qu'est-ce que la danse contemporaine peut apporter à un garçon ?


La danse contemporaine allie mouvement et poésie. Danser, ce n'est pas seulement bouger, c'est accéder à une poésie personnelle, c'est prendre le chemin de la création, de l'interprétation, de l'expression de quelque chose qui est en soi et qui est supérieur à la pensée concrète et rationnelle. En cela elle apporte aux garçons, exactement comme aux filles, des repères essentiels, qui ne les quitteront plus jamais au cours de leur vie et qui leur seront précieux à chaque étape : les repères de leur propre corps, les repères d'eux-mêmes. Connaître son corps, se connaître. Etre ainsi plus solide face à la vie.

 

Aujourd'hui en France, nous préparons les petits garçons à une vie valorisante socialement et financièrement en leur imposant notre vision du succès (fonder une famille, être renommé, gagner de l'argent, etc). On souhaite qu'ils soient heureux évidemment et qu'ils puissent avoir accès à tout ce qui pourra éveiller leur curiosité. Mais on leur inculque plus ou moins explicitement notre idée de ce que signifie la réussite et les moyens pour y parvenir. Le sujet est vaste... On leur fait faire des sports collectifs : "il a besoin de se défouler". Des arts martiaux : "il a besoin de savoir se défendre". Et des sports de compétition : "il a besoin de comprendre ce qui l'attend". Mais la danse... Ca "ne sert à rien" dans une vie de petit garçon ! Au mieux ont-ils la chance de faire de la musique pour compléter leur éducation par une discipline artistique.


Et pourtant les hommes que je rencontre aujourd'hui et qui ont fait de la danse étant petits me parlent toujours avec beaucoup de passion de ce qu'ils faisaient en cours et du plaisir qu'ils y prenaient. Et pourtant je rencontre quelques hommes qui regrettent de n'avoir pas dansé et qui souhaitent que leurs fils fassent de la danse. Cela pourra vous sembler étrange mais dans les deux cas, la raison invoquée est toujours la même : être à l'aise avec son corps, avec soi-même, avec sa virilité, dans sa vie et son corps d'homme, avec humour et détachement. S'accepter et s'épanouir, c'est-à-dire être libre et en confiance. N'est-ce pas cela l'essentiel finalement ?



IMG_0212.JPG

 

La danse serait donc un outil pédagogique non négligeable pour les petits garçons ? Oui en effet. Ca ne veut pas dire que tous les petits garçons doivent faire de la danse. Ca veut dire que certains petits garçons ont besoin de la danse pour apprendre à canaliser leur énergie et leur sensibilité, qu'ils ont besoin de danser pour comprendre leur place dans le monde, qu'ils ont besoin de cette discipline corporelle dynamique et artistique à la fois pour s'épanouir et savoir qu'ils peuvent s'exprimer, qu'ils ont besoin de se mettre en mouvement pour comprendre les choses.


Parfois des parents trouvent un compromis. Ils acceptent que leur fils danse mais les inscrivent dans un cours "plus pour les garçons". Je n'ai rien contre le hip-hop ou les cours de comédie musicale mais là encore la raison du choix me semble mauvaise lorsqu'il s'agit juste d'écarter son garçon d'une pratique jugée à tort "pour les filles", la danse de ballet, classique ou contemporaine. Comment les garçons devraient-ils être écartés de ces disciplines difficiles, rigoureuses qui forment le corps et l'esprit ? Garçons ou filles, tous les enfants ont besoin de danser, comme ils ont besoin de parler, certains plus que d'autres d'ailleurs. Mais danser, ça ne veut pas dire seulement "s'éclater" et faire des acrobaties ou des "figures" (c'est bien aussi mais c'est un autre sujet). Le cours de danse contemporaine c'est autre chose. C'est leur offrir les moyens d'apprendre. Apprendre, c'est ce que les enfants demandent. Travailler, comprendre, progresser, découvrir. Si en plus ils s'amusent et s'épanouissent !

 

En cours de danse contemporaine les enfants apprennent un vocabulaire, celui de la technique, un langage, celui de leur propre corps, et une poésie, celle du mouvement. Quelque chose d'universel.

 

 

 

Fresque 1diff copie

 

 

 

 

 

 

 

laciboulette 21/08/2012 13:57

Merci pour cet article qui replace bien les choses.
Nous avons un petit garçon, qui a fait une initiation à la danse contemporaine en début de CE1 grâce à une maitresse formidable. Lui qui n'avait pu continuer le théatre car il ne tenait pas en
place, trop immature, maladroit... s'est apparemment révélé en danse contemporaine. Pour la première fois, il était vraiment concentré, et ne faisait pas preuve d'inhibition (selon son enseignante
et les intervenant du conservatoire). A notre grand étonnement.
Depuis, nous avons déménagé hélas de Paris, et il n'a pas pu continuer. Mais, je suis en train de me renseigner auprès de la municipalité où nous résidons désormais pour l'inscrire.
J'espère simplement qu'il ne subira pas de moqueries. C'est bête quand même.

Julie 27/08/2012 20:11



Bonjour,


Merci pour votre message ! Soyez rassurée, si votre fils s'épanouit vraiment dans son cours de danse, et si ses parents le soutiennent dans sa démarche, il saura très bien se défendre des
éventuelles moqueries (s'il y en a). C'est le cas de tous les petits garçons qui viennent à mes cours.


J'espère que vous trouverez une école de danse qui lui plaira !


Bonne rentrée.


Julie Portanguen


 



Anne 11/05/2011 21:23


J'applaudis avec enthousiasme à vos arguments !

C'est un sport complet: rigueur, souplesse, force et équilibre mais aussi mémoire, sensibilité, volonté et créativité.
Exprimer des sentiments avec son corps, vaincre sa timidité, gagner en agilité et en réflexes c'est bon pour les garçons.
Ceux qui n'aiment pas les sports de combat et leurs affrontements et cherchent quelque chose de plus artistique que la gymnastique, peuvent trouver là un sport ou une "activité" - sinon une
passion, dans la danse contemporaine.
Longue vie donc à vos cours et puissent-ils offrir bien du bonheur et de l'épanouissement à vos jeunes élèves, garçons et filles...
Anne


Julie 11/05/2011 23:43



Merci Anne !



Julie Portanguen © 2015 -  Hébergé par Overblog