Maurice Béjart et la place du corps


Je ne vais pas ici raconter la vie de Maurice Béjart, ni ce qui a fait sa réussite, ni ce qui a plu ou pas à ses critiques et publics, ni pourquoi il a été important dans l'histoire de la danse. Je voudrais juste dire ce que je retiendrai, personnellement, de lui.



Ma vision est sans doute liée à mes expériences et à une grande partie de ma vie passée en Afrique, où la danse est si naturelle pour tout le monde, sans distinction de sexe ni d'âge. Car s'il y a quelque chose qui me surprend en France, c'est la dualité que les gens entretiennent avec leur propre corps, tiraillé entre le désintérêt le plus complet et l'égocentrisme le plus tyrannique. Nous sommes ici en effet dans une société qui d'un côté nous faire croire que le corps n'est qu'une enveloppe sans importance (ce qui compte, c'est l'esprit), et qui de l'autre côté nous pousse à vouer un véritable culte à ce corps-enveloppe, idéalisé et normalisé. 

Maurice Béjart considérait ce narcissisme comme une maladie de notre société : "l'égo est un pseudo-paravent dans lequel on se cache et où l'on croit exister" (Lettre à un jeune danseur). Echapper à ce corps narcissique demande de se connaître soi-même afin d'être capable d'entrer en communication avec soi, avec les autres, avec la nature, avec la vie. "Danser, c'est transcender totalement notre pauvre condition humaine pour participer intégralement à la vie profonde de l'Univers" (Ainsi danse Zarathoustra). La danse est un besoin pour l'homme. Notre civilisation occidentale actuelle est la seule, historiquement et géographiquement, à nier la valeur de la danse. Mais l'esprit peut-il exister et s'épanouir sans le corps ? Et inversement le corps peut-il exister et s'épanouir sans l'esprit ? La réponse est évidente pourtant... Et Béjart faisait partie de ces hommes qui savent que "la compréhension de n'importe quoi est toujours plus profonde quand elle passe par le corps" (Ainsi danse Zarathoustra). Se connaître soi-même, c'est se comprendre comme un tout : un corps et un esprit. Danser, c'est s'apprendre de l'intérieur pour mieux apprendre le monde extérieur, c'est se parler à soi-même pour être capable de parler aux autres, c'est mettre son corps au service du développement de son esprit, et son esprit au service du développement de son corps, c'est entretenir un cercle vertueux de mise en valeur de sa personnalité propre dans sa globalité.

b--jart-ainsi-danse-zarathoustra.jpg b--jart-lettre-a-un-jeune-danseur.jpg




Voilà pourquoi, à mon humble avis, on danse partout dans le monde et depuis toujours. Voilà pourquoi, peut-être, Maurice Béjart n'a pas su se faire une place de choix en France. Voilà pourquoi, j'en suis convaincue, les Français ont pafois fait de leur danse contemporaine un concept abstrait et intellectuel, interrogeant sans cesse notre relation au corps, dans des spectacles plus ou moins intéressants et accessibles, mais sans jamais considérer que la danse, ce peut être quelque chose de très simple, de naturel, d'humain, et pourquoi pas une danse au sens traditionnel du terme comme le disait Béjart, faite pour célébrer, fêter, pleurer, prier, exprimer, penser, accueillir... Tout simplement, et sans en faire en faire toute une histoire !




Sur ces quelques réflexions philosophiques (une fois n'est pas coutume), je vous engage, si vous voulez en savoir plus sur Maurice Béjart à aller consulter les vidéos suivantes :

- Des vidéos d'archives de la télévision suisse :

http://archives.tsr.ch/home (faire une recherche sur "Béjart" pour obtenir la liste de toutes les archives)
- Une revue de presse et des extraits vidéos de ballets de Béjart sur le site du Centre de danse du Marais :
www.parisdanse.com


Fresque 1diff copie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Gabriel 04/11/2008 17:02

je l'ai lu "lettre à un jeune danseur il est géniale !!!

Julie 08/12/2008 23:29


Bonjour Gabriel, je réponds un peu tard... Je suis contente que tu aies aimé le livre. Comment se passe ce premier trimestre au Conservatoire ? Es-tu content ?


Gabriel 07/04/2008 19:30

justement je viens de voir sa sur la fnack il a l'air super merci !

Gabriel 05/04/2008 20:26

"Il est partit faire danser les étoiles"
Je n'ai pas encore lu ses livres mai bientot.

Julie 07/04/2008 11:49



Je te conseille les "Lettres à un jeune danseur", qui vient tout juste d'être ré-édité. Peut-être y trouveras-tu quelque chemin pour ta future carrière.



Julie Portanguen © 2015 -  Hébergé par Overblog